Mohamed Aarif

Spécialiste des treuils spéciaux


Site web : http://www.ilc-levage.com/

Domaine(s) d'activités : Négoce Industriel

Compétence(s) : Chargé d'affaires, Electromécanicien, Etude et conception, Gestion, Mise en route

Comment décrirais-tu ton métier ? Qui fut ton premier client ?

Être un chargé d’affaires à la fois autonome et polyvalent. Ce travail que j’effectue pourtant depuis tant d’années reste encore pour moi une difficulté à définir…Les tâches à accomplir y sont diverses (commerciales, administratives, gestion, études techniques, logistiques…).
Tout en restant modeste, et avant toute chose, je crois pouvoir dire qu’il faut posséder de la patiente et une bonne aptitude à comprendre et analyser les besoins des clients. Et autre chose, ne pas se sentir déstabiliser par une quelconque complexité que pourraient avoir certains dossiers…par un manque de confiance/connaissance/compétence.
Ma première affaire en est une parfaite illustration !
Je venais de prendre place depuis 4 semaines au poste de responsable département “treuils spéciaux“, et me voilà catapulté sur le site AREVA de la Hague (anciennement COGEMA) pour une réunion de 4 heures avec ma proposition technique sous les bras (un peu fleurs au fusil et avec très peu de conviction de conclure l’affaire) concernant un dossier d’une cale de halage (mise à l’eau d’un bateau et de ses plongeurs).
Face à moi, une dizaine techniciens et d’ingénieurs, spécialistes en tous domaines…
Je leur transmets mon offre initiale et ceux-ci dans le même élan, à ma surprise générale, me transmettent un cahier des charges de 90 pages concernant le treuil en milieu sensible (nucléaire)!!!
A ce jour, je n’avais reçu comme seul descriptif, qu’une seule page pour définir leur besoin.
Sur ces 90 pages, il y avait bien 60 pages que je ne maitrisais pas ou très très difficilement (mécanique RDM, qualifications soudures, automatisme, normes, calculs en tout genre…). Mes interlocuteurs ne se doutaient pas qu’ils en savaient davantage que moi sur la technicité d’un treuil car ils y travaillaient au moins depuis 1 an alors que moi…j’avais découvert ce métier seulement il y a 4 semaines. J’ai fait preuve d’écoute et fis profil bas durant toute l’épreuve de cette réunion. Puis au moment de nous quitter, je leur ai promis de répondre à toutes leurs questions/remarques/exigences sous 2/3 jours.
Leur cahier des charges a doublé le prix total du treuil. De plus, j’ai décliné bon nombre de leurs exigences car impossibilité d’y donner suite. Ils ont malgré tout accepté de me confier l’étude et la réalisation de ce treuil (1er pour moi) ce qui a surpris (à en tomber presque de son fauteuil) mon PDG… Car il ne pensait pas que nous aurions été capable d’y répondre techniquement et d’être compétitif économiquement. Il m’a confirmé à ce poste à ce moment précis (j’étais en plein milieu de ma période d’essai).
Je pense souvent à cette affaire, ce projet, à ces différents acteurs…Elle m’a révélé que la prise de risque est le moteur essentiel pour aboutir et gagner en confiance…

Qu’est-ce qui te fait progresser et t’inspire dans la vie ?

Tout simplement les belles rencontres et se rendre utile.
De me maintenir toujours de bonne humeur…et rester optimiste.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Je viens d’être désigné pour la conception et la fourniture d’un système de translation de barges fluviales pour le port de Gennevilliers (92). Pour les besoins d’un site de déchargement de granulats, un ensemble composé de deux treuils électriques (composé de câbles de traction et de poulies de renvois) va permettre de déplacer latéralement le long d’un quai une barge max. de 2500 tonnes.
Etudes et réalisation : 14 semaines…
Les essais et la mise en route dont j’ai aussi la charge, sont prévus pour septembre/octobre…

Que venais-tu chercher aux Sats ? Qu’as-tu trouvé ?

Je suis venu chercher un espace d’échanges, de rencontres, de partage… mais surtout rompre avec mon isolement social (contre nature) dû à ma situation professionnelle et personnelle. Qui disons-le est l’inconvénient majeur à ce jour de mon entreprise. J’ai trouvé aux Sats un “groupe d’amis et de copains“ très attachant qui participe à cette nouvelle étape de mon existence. Ça alimente mon bien-être et j’espère que je vous le rends du mieux possible.

Quelle est ta relation avec Nice ?

En débarquant à Nice, j’étais relativement optimiste (en fait je suis toujours optimiste… mon tempérament). J’y ai découvert ce pourquoi j’avais décidé de venir m’y installer. Cette densité de personnes, de nouvelles choses, de belles choses…de ce côté-là de la Méditerranée. Il y a sans cesse une activité, un événement, une douceur sous ce soleil.
Je crois pouvoir dire que je suis conquis et je développe actuellement avec Nice une belle relation affective…

Interview publiée le 10 avril 2020

CONTACTER : Mohamed Aarif

Vous pouvez contacter ce membre grâce au formulaire ci-dessous :


Tous les champs étoilés (*) sont obligatoires