Grand, solide dans son costume noir, Simon en impose par un charisme teinté de douceur. Il se présente comme un défricheur et un bâtisseur de business. Cela fait 10 ans qu’il travaille pour des sociétés internationales. Pour son précédent employeur il a ouvert 5 concessions automobiles dans 5 pays européens.

Il se revendique comme un travailleur flexible, mobile, avec une vision moderne de l’entreprenariat. Louer une planche et quatre pieds, dans un espace de location de bureaux, n’a donc jamais fait aucun sens pour lui. L’aspect pratique et budgétaire l’ont poussé à s’intéresser aux espaces de coworking. Et il y a trouvé bien plus que du « pratico-pratique ».

Quel est ton quotidien de travail ?

Il est assez divers car je voyage en moyenne 2 à 3 jours par semaine. Quand je suis à Nice j’arrive à l’aéroport le matin et j’assume diverses tâches commerciales : répondre aux clients, faire de la prospection. Et puis j’accueille mes clients et je les conduis à leur jet, puisque mon travail essentiel est de vendre des heures de vols sur jet privé. Mon entreprise en compte 71 au total.

Quand je voyage c’est essentiellement pour des rendez vous clients ou clients potentiels, pour de la prospection et du développement commercial. Mes clients sont des hommes d’affaires de tous les pays du monde, dirigeants d’entreprises, qui font voler leur personnel et leur famille à bord de jets privés. C’est un « target group » qui ne cesse de s’agrandir car par essence l’économie mondiale génère tous les jours des nouveaux centi-millionnaires. La concentration de la richesse augmente. Les très riches des pays développés le restent et ceux des pays en voie de développement surviennent.

Le plus extraordinaire dans mon métier c’est la possibilité de rencontrer de façon quotidienne des gens qui changent le monde. Pour se payer mes services il faut avoir un niveau financier extraordinaire lié à un impact économique, humain, sociétal extraordinaire. J’ai cette chance de les côtoyer quelques minutes par jour et je ne connais aucun boulot qui me le permette autant. Ma façon de travailler fait que j’ai des relations construites avec plus de 85% de mes clients, jusqu’à être invité à leur mariage pour certains.

Ce qu’il est venu chercher aux Satellites ?

J’ai été un des tous premiers membres des satellites. D’abord je suis venu chercher des locaux professionnels dans lesquels je pourrais travailler de façon sereine à moindre cout. Et j’ai trouvé bien plus… Du networking intéressant même si je n’en suis peut être pas le premier bénéficiaire vue le côté unique de ce que je fais. Cela m’a tout de même rendu des services. J’y est trouvé de l’aide en communication et marketing par exemple. J’y ai trouvé des amis, beaucoup, dont de très très bons comme Nicolas Bergé et Henry dont je suis très proche.

Les Satellites m’ont aussi permis de réaliser l’un des plus beaux projets personnels de ma vie puisque j’ai été à l’initiative, et j’ai pu mener, la réfection d’une école élémentaire en Côte d’Ivoire, grâce au réseau développé ici. Cela restera un des faits les plus remarquables accompli dans ma vie puisque grâce à nous il y a plus de 200 enfants qui peuvent être scolarisés tous les ans en Côte d’Ivoire.

Quelle est ton idole business ?

Pour le côté innovation c’est Elon Musk, le fondateur de Tesla Motors et Space X, deux des entreprises les plus extraordinaires que je connaisse. Il a été mon employeur pendant 5 ans donc j’ai pu observer de près « la bête » et ça reste l’un des hommes qui m’a le plus inspiré dans ma vie. Il pousse la création et le développement des technologies de l’humanité, par lui même, sans aucune intervention gouvernementale. Il a créé tout seul une entreprise de voitures électriques (Tesla Motors) qui est aujourd’hui leader mondial, qui a changé l’état d’esprit de millions de gens dans le monde. Il a créé Paypal tout seul. Et il a créé Space X qui est la première compagnie spatiale privée autorisée à faire décoller et atterrir des fusées. Des fusées qui ravitaillent la station orbitale internationale. Une première dans l’histoire de l’humanité. Un homme seul, avec des fonds privés, qui a réussi à faire changer l’humanité, c’est extraordinaire pour moi.

Quel est ton rêve ?

Mon rêve c’est que ma vie reste comme elle est aujourd’hui. J’ai concrétisé mon rêve. Je ne savais pas que c’était possible de faire ce que je fais, et maintenant que je le vis, c’est un rêve éveillé.

Quel est ton mantra ?

Je n’en ai pas. Il est contenu dans toutes mes réponses précédentes. Je peux le résumer ainsi : Je fais tout et je ferai tout pour maintenir la vie que j’ai.

Interview réalisée par Virginie Tumorticchi